Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Questions SFFF

Hécate - Nathalie Henneberg (D.R. & C.C.)

20 Mai 2012 , Rédigé par Alice Mazuay Publié dans #Présentations d'oeuvres

Il aura fallu que Didier Reboussin et Cyril Carau finalisent ce roman de Natahlie Henneberg, de façon posthume, pour que je découvre cette auteure, star de la SF du début du XXème siècle. J'avoue que cela fait le plus grand bien de se replonger dans l'écriture des Anciens.

Après l'anthologie Les Héritiers d'Homère , il me semblait tout à fait approprié de prolonger l'instant grec par ce roman (qui se trouvait justement au sommet de la pile de livres fortement instable me cachant ma lampe de chevet). J'étais en parfaite condition pour appréhender les trois phases de la Lune. Mais le titre a été bien choisi. Et ici, c'est bien Hécate, la Lune noire, déesse des carrefours, qui maîtrise le jeu du destin. Les faces plus claires de Séléné et d'Artémis ne sont qu'entraperçues.

Dans un roman sous forme de course poursuite à travers le désert, nos deux auteurs ont essayé de donner matière aux mirages créés par Nathalie Henneberg. Les thèmes soulevés portent la réflexion sur la transcendance à travers les âges,  de réincarnation en amour ou haine éternels. Mais au-delà de ces images, il est aussi question de libertés : celle d'un homme de choisir son camp, de renier son destin, de prendre une autre voie à ce fameux carrefour au-dessus duquel Hécate veille.

Le contexte, s'il a été choisi par l'auteure principale au Moyen-Orient pendant la deuxième guerre mondiale, n'est important que par la force des situations qu'il permet de présenter. On y retrouve son vécu, ses peurs, mais aussi le courage dans l'action. Les parallèles avec les doubles historiques, auraient pu être transposés ailleurs. Mais le choix fut judicieux. Les quelques références accrochent le lecteur tout en laissant la part belle à l'imaginaire. Pour qui n'est pas spécialiste de cette période, en particulier de ce front-ci, peut-être plus méconnu, il est facile de croire à la véracité des situations.

Côté écriture, les trois plumes ont su garder comme une atmosphère calfeutrée. Ils ont créé une bulle de conte à l'extérieur de laquelle ont croit entendre l'écho des canons ou des batteries anti-aériennes. J'imagine que ce n'était pas un exercice facile dans cette road story.

Dans la post face, très intéressante à lire, Didier Reboussin et Cyril Carau expliquent leur démarche. Il ne me reste plus qu'une interrogation : pourquoi avoir laissé une fin si ouverte pour le trio principal ? Je ne suis pas sûre que cela corresponde à l'image d'Hécate elle-même. J'imaginais une boucle supplémentaire ou un choix divergent qui aurait rompu le cycle, comme les derniers états d'âme le laissaient sentir. Mais c'est peut-être juste ma sensibilité à cette thématique. Comme ils l'ont dit, en l'absence de Mme Henneberg, il était tout aussi simple de laisser le lecteur imaginer sa fin.

Je suis ravie de ma lecture et vous la recommande donc.

 

Bonne lecture (possible depuis 2012)

Hecate - Henneberg

Partager cet article

Commenter cet article

didier 23/06/2012 11:58


Merci Alice pour ton appréciation.

Alice Mazuay 24/06/2012 13:31



De rien


Quand on aime, on peut partager sans modération.