Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Questions SFFF

Mordre le bouclier - Justine Niogret

9 Mars 2012 , Rédigé par Alice Mazuay Publié dans #Présentations d'oeuvres

Mordre le bouclier est la suite de Chien du Heaume, dont je vous ai déjà parlé. Comme j'avais beaucoup apprécié le premier tome, j'avais bien sûr prévu de me procurer le second. C'est chose faite grâce à la librairie Soleil Vert (une valeur sûre).

 

J'avais lu sur le site de l'éditeur, Mnémos, que Justine Niogret y abordait le thème des croisades. Et certaines critiques l'annonçaient comme un roman plus abouti. Je me demandais bien comment cela pourrait coller avec le Castel de Broe, perdu au milieu de nulle part, comment l'auteur pourrait passer du générique à l'historique. En réalité, je trouve l'exercice peu réussi. Ce n'est pas cette thématique qui ressort pour moi du volume. Alors oui, Justine Niogret utilise les croisades comme support de narration, comme justification au voyage. Mais les personnages n'y participent pas. Elles sont justes évoquées. Et à part la quête de Dieu d'un des comparses, les descriptions pourraient convenir à n'importe quelle guerre ou conquête en pays ennemi. De plus, l'ancrage dans la réalité médiévale européenne fait perdre de son charme à l'environnement. Les comparaisons involontaires du lecteur empêchent les envolées imaginaires. Il manque alors trop de noms connus sur les contrées décrites.

Dans ce volume, Chien du Heaume subit tout autant que dans le premier tome. Ce sont les quêtes spirituelles des personnages secondaires qui mènent la danse. La sienne passe presque au second plan. L'ésotérisme évoqué précédemment n'est développé que par ricochet. Le Bouc devient un instructeur alors que la Salamandre dérive vers une Faucheuse à vocation. Les logiques ne sont pas respectées.Un manque se crée.  Les chemins partent à angle droit. Pour un volume beaucoup plus introspectif, les contextes théologiques se confrontent sans trop d'explication. J'en suis restée perplexe. Les relations entre les personnages restent aussi un mystère pour moi. L'histoire de chacun se tient, mais l'ensemble manque de lien.

La langue est, quant à elle, toujours aussi crue et percutante. On a mal avec eux, on a faim, froid... La plongée dans le médiéval reste impresionnante.

Je crois que ma déception vient surtout de ma surprise. Je ne m'attendais pas à cela. Mordre le bouclier n'est pas la prolongation de Chien du Heaume. C'est un ouvrage à part, avec un rythme différent, une vocation différente, qui, du coup, pour moi, ne touche pas au but. Placer ces idées dans un autre contexte aurait peut-être été plus efficace. Je ne sais pas trop.

 

Je vous souhaite néanmoins une bonne lecture (possible depuis 2011).

  niogret-justine-mordre-le-bouclier

Partager cet article

Commenter cet article

zordar 21/03/2012 12:21


Pour le coup, tu m'as un peu refroidi a propos de cette suite !

Alice Mazuay 21/03/2012 21:30


je suis desolee mais j ai ete vraiment decue. pour moi, elle est sortie de son univers pour introduire un theme qui est finalement mal exploite. Sans compter ma tres grande deception sur le
traitement des personnages animaux, en particulier la salamandre. l aspect introspection est pour moi insatisfaisant... Mais bon, je ne suis visiblement pas de l avis de la majorite. Alors tu peux
tout aussi bien te faire un avis... different.